Scroll to top
© 2017, Norebro theme by Colabr.io

Les Français sont-ils toujours aussi mauvais en anglais ?

« Les Français sont mauvais en anglais ». Cela fait des décennies que l’on s’en rend compte, qu’on le constate dans notre pays mais aussi à l’étranger. S’il est vrai que certains ne souhaitent pas faire d’effort particulier pour parler anglais (principalement les anciennes générations maintenant), beaucoup d’entre nous restent conscients du retard que l’on a face à d’autres pays comme la Suède, l’Allemagne ou encore les Pays Bas.

Adieu cette fierté mal placée et cette mauvaise foi concernant notre niveau d’anglais ! De plus en plus de Français franchissent le pas et souhaitent remédier à la situation, pour des raisons professionnelles ou personnelles.

Alors, les Français sont-ils toujours aussi mauvais en anglais ?

Un retard évident en anglais

Les chiffres

Selon un rapport du Ministère de l’éducation datant de 2018, 18% des élèves de 3ème maitrisaient l’anglais, contre 82% en Suède. De même, l’enquête EF EPI sur le niveau d’anglais mondial a montré que la France se situait à la 35ème place sur un total de 88 pays, juste derrière l’Italie ! En tête bien entendu : La Suède, les Pays Bas et Singapour.

Devant ces chiffres accablants, il est évident que nous restons en retard à l’échelle mondiale et européenne. C’est un constat, les Français sont mauvais en anglais !

Pourquoi ce retard ?

De nombreuses raisons expliquent pourquoi les Français sont mauvais en anglais. Et on ne peut plus se contenter de dire que nous ne faisons pas d’efforts pour apprendre les langues étrangères. Cela va bien au-delà, et une étude approfondie est nécessaire pour expliquer ce constat.

La peur du jugement

Paul Taylor, l’humoriste britannique vivant en France, l’explique très bien dans sa vidéo « Les Français sont nuls en anglais ». Nous connaissons un retard dans la pratique de la langue, car nous avons peur du jugement des autres. On n’ose pas parler et s’exprimer dans une autre langue. Et oui, le Français reste très moqueur ! Si l’on parle en anglais, il va avoir tendance à faire des remarques : « Tu t’la pètes à parler anglais ! » ou encore «T’as pas l’accent pour parler anglais, laisse tomber ». Difficile alors de se lancer dans la pratique de la langue de Shakespeare !

La peur de faire des fautes

Ce n’est pas parce qu’on fait des fautes qu’on est mauvais en anglais ! C’est parce qu’on a peur de faire des fautes qu’on l’est. On s’explique : Si on a peur des erreurs, on n’ose pas et on ne pratique pas l’anglais. Et c’est un cercle vicieux ! Car c’est en pratiquant et en faisant des fautes que l’on s’améliore ! Comment se corriger seul(e) ? Comment faire en sorte d’avoir un anglais courant sans parler ? De manière générale, on s’améliore en répétant et en pratiquant : c’est valable pour le sport, la danse, le théâtre, la peinture, le travail…. ET l’anglais !

Nous avons donc aussi un retard de communication en anglais par notre peur de faire des fautes !

Le manque de pratique à l’école

cours de langue école

Durant tout notre cursus scolaire, on suit des cours d’anglais. Mais ceux-ci se révèlent être trop peu efficaces pour obtenir un niveau équivalent à ceux des autres Européens. D’une part, les classes trop grandes sont un premier frein à la pratique. Les groupes d’étudiants pouvant s’élever à parfois plus de 35 ne favorisent pas la pratique de façon individuelle et efficace.

Ensuite, le nombre d’heures de cours d’anglais reste insuffisant. Certains cursus ne prévoient que 2h de cours hebdomadaires, quand il en faudrait le triple.

Enfin, nous pouvons également constater qu’il y a globalement un manque d’immersion en cours d’anglais. Quand certains professeurs exigent que seul l’anglais soit parlé durant l’heure de cours, cela ne se passe pas réellement de cette façon, ce qui empêche l’immersion qui est pourtant la clef d’un bon apprentissage.

Des racines différentes

L’anglais n’ayant pas les mêmes racines que le français, il est difficile pour les francophones de s’exprimer et de prononcer la langue. Nous sommes alors victimes de notre accent bien français, si reconnaissable par le monde qui nous entoure ! Et cela n’aide en rien la pratique et cette peur de s’exprimer.

Une langue non appréciée par les Français

On constate toujours que de nombreux Français n’apprécient pas la langue anglaise. Que ce soit pour des raisons purement linguistiques ou culturelles avec cette vieille rengaine : « Je n’aime pas les Anglais ». Il y a comme un fossé entre certains Français qui sont avides d’apprendre la langue et d’autres qui n’ont au contraire aucune attirance pour celle-ci.

Ces derniers seront davantage intéressés par l’espagnol, qui a bien plus de succès dans l’Hexagone ! On ne le parle pourtant pas plus que l’anglais, mais beaucoup de Français semblent ressentir plus de proximité avec cette langue.

Des pratiques différentes à l’étranger

Comparons notre mode de vie avec celui des pays nordiques : leur niveau d’anglais exceptionnel s’explique par une immersion constante dès le plus jeune âge. Les films sont en version originale à la télévision, certains cours sont donnés en anglais également dès le primaire. L’oreille se fait donc à une seconde langue très tôt, et on le sait tous, c’est bien évidemment plus simple d’apprendre une langue étrangère étant jeune.

C’est en partie du fait de toutes ces raisons que les Français sont mauvais en anglais. Et ce constat est établi depuis de nombreuses années. Alors, observe-t-on du changement ?

Quelles sont les tendances ?

Heureusement, on constate que notre niveau change et tend à s’améliorer, enfin !

Un bon niveau à l’écrit

anglais écrit

A défaut de parler anglais et de le pratiquer en classe, on l’écrit ! Et c’est le moins que l’on puisse dire. Nous avons constaté que notre niveau à l’écrit était globalement assez bon en comparaison avec d’autres nationalités. Pourquoi ? Car nos cours d’anglais sont principalement centrés sur l’écrit. Les règles grammaticales, l’orthographe, la conjugaison… bien que nous fassions de nombreuses fautes, c’est indéniable, nous écrivons tout de même mieux que nous ne parlons.

La nouvelle génération

Il y a également un changement concernant la nouvelle génération. On ne part plus du principe qu’on ne fera aucun effort pour parler anglais à l’étranger, on s’adapte et on s’essaye à l’anglais. Il y a une prise de conscience générale et les mentalités sont plus ouvertes à la découverte et l’apprentissage de l’anglais. La nécessité de parler anglais dans le monde professionnel entraîne également de nombreuses formations en anglais, en France ou à l’étranger.

Les jeunes tournés vers l’étranger

carte du monde

Les expériences à l’étranger sont bien plus courantes ! Que ce soit en stage Erasmus, en séjour linguistique en école de langue ou en PVT pour des pays plus lointains. Il est très fréquent de mettre ses études sur pause et de partir un an pour se former à l’anglais, mais aussi gagner en maturité et en autonomie. Comme un rituel pour passer de l’adolescence à l’âge adulte. Partir seul(e) à l’étranger n’est plus marginal, cela devient un prérequis pour de nombreux cursus scolaires ou embauches professionnelles.

On fait quoi pour s’améliorer ?

Pour ne pas se sentir à la traine en anglais, il faut dans la mesure du possible s’y prendre le plus tôt possible pour apprendre la langue. Mais qu’on se le dise, il n’est jamais trop tard pour décider de s’améliorer en anglais !

Les actions au quotidien

On vous en parle plus en détails dans cet article : « Réviser son anglais avant de partir à Malte ». Il est important de faire des efforts au quotidien pour améliorer votre anglais. Regarder des films en version originale, changer la langue par défaut de vos appareils électroniques et participer à des rencontres franco-anglaises font partie des actions à mener pour toujours garder un lien avec l’anglais.

Les séjours linguistiques

On l’a déjà évoqué dans cet article, les séjours linguistiques sont un excellent moyen de vous améliorer en anglais. Pourquoi ? Ils vous permettent d’être plongé(e) en totale immersion dans un pays anglophone, et de suivre des cours d’anglais intensifs donnés par des professeurs natifs anglophones pour la plupart. C’est de cette façon que vous pourrez réellement améliorer votre niveau, si vous évitez le monde francophone au maximum.

Nous vous conseillons sur les meilleures écoles et formules pour apprendre l’anglais de façon efficace à Malte, ou dans tout autre pays anglophone. Contactez-nous sur notre page Séjour Linguistique, pour recevoir des conseils sur votre projet et sur la meilleure façon d’atteindre vos objectifs.

Être familiarisé(e) avec l’anglais au plus tôt

Dès le plus jeune âge, il est important d’être familiarisé(e) avec l’anglais. Que ce soit à l’école, à la maison, ou par le biais d’expériences à l’étranger.

Les écoles bilingues

Si votre budget vous le permet, n’hésitez pas à placer votre enfant en école internationale en France. De nombreux établissements scolaires privés proposent des formations générales bilingues, données en anglais et en français, de façon à ce que les deux langues soient maitrisées par tous. Bien entendu, cela a un coût, mais le résultat est sans équivoque.

Si vous êtes vous-même en âge de poursuivre des études et qu’il vous est possible de choisir un établissement bilingue, nous vous le recommandons également à 100%.

Les séjours linguistiques pour enfants et ados

Permettre à votre enfant de participer à un séjour linguistique durant les vacances scolaires est un premier pas vers l’ouverture au monde, et lui permet de mieux appréhender l’étranger. Des programmes spéciaux dédiés sont proposés par les écoles de langue : composés de cours d’anglais, d’activités ludiques, culturelles et sportives (logement inclus), c’est une très bonne opportunité pour votre enfant ou votre ado pour faire des rencontres internationales tout en s’amusant et en apprenant l’anglais.

Pour conclure

Les Français sont mauvais en anglais ? Dans quelques temps, cela sera de l’histoire ancienne ! Les mentalités changent et c’est un grand pas en avant vers un meilleur niveau général. Il s’agit maintenant de prendre les mesures nécessaires pour pratiquer et apprendre davantage. Avec les facilités du monde actuel, le monde vous est ouvert. Le temps ne vous est plus compté et vous pouvez vous permettre de prendre un virage dans votre vie pour vivre une expérience à l’étranger enrichissante ! Objectif : ne plus entendre que « les Français sont nuls en anglais » !

Related posts