Scroll to top
© 2017, Norebro theme by Colabr.io

Les 9 types de colocataire à Malte

La colocation à Malte, c’est la base ! Tout le monde est passé par là, et c’est une étape indispensable si tu veux pouvoir vivre décemment et manger autre chose que des grains de riz sous le point de Swieqi. Vivre en colocation, c’est toujours une aventure. Mais vivre en colocation à Malte, c’est digne d’une série Netflix : on s’aime, on se dispute, on s’adapte à des nationalités et cultures différentes, on parle mi anglais-mi italien-mi maltais-mi espagnol, et on rencontre des colocataires totalement différents les uns des autres. Et il y en a, des stéréotypes de colocs ! On les a tous rencontrés, expérimentés, aimés ou détestés. On a rassemblé ici nos expériences et celles des expatriés à Malte, poussé le cliché à son maximum et dressé la liste des 9 types de colocataire à Malte !

Et n’oublie pas : pour trouver ta colocation à Malte, fais appel à Coloc UP !

1 – Le colocataire fantôme : celui que personne ne voit

jumelles

On en a déjà entendu parler, on sait que la chambre est occupée, parfois on entend un bruit au fond du couloir. Mais ce colocataire est comme invisible ! A croire qu’il vit la nuit et dort le jour, qu’il ne mange jamais et ne voit personne. « On m’a dit qu’il travaillait la nuit… tu crois qu’il a un lien avec la mafia maltaise ? »

On a pourtant des preuves de son existence, il y a bien de la nourriture entreposée dans le frigo… mais personne ne sait à quoi il ressemble. Est-il seulement humain ? Nul ne le sait !

2 – Le colocataire trop parfait

danseuses

Lui, on ne peut rien lui reprocher, et ça en est presque exaspérant ! Il se lève à 8h un samedi, frais comme la rosée du matin, mange une pomme, fait ses étirements et va courir sur 10km le long du sea front de Saint Julian’s et Sliema. Il revient à 10h30 tapantes pendant que toi tu te lèves difficilement, les cheveux qui sentent encore Paceville. Il se fait un petit smoothie : une banane, de l’avoine, du lait d’amande et du beurre de cacahuète parce que c’est HEALTHY ! Ni une, ni deux, pas de temps à perdre, il prend sa douche en 5 min chrono et file faire les courses. Il revient avec des sacs remplis de fruits et légumes, parce que c’est HEALTHY, qu’il range soigneusement dans son placard bien rangé.

Sa chambre est toujours impeccable, son lit parfaitement fait. Tu essayes de le piéger en rentrant sans qu’il ne s’y attende dans sa chambre, mais rien n’y fait : tout est propre et carré en toutes circonstances. Pas une seule chaussette solitaire ne traine, pas un seul mouchoir de son dernier rhume sous le lit (« bah non je ne suis jamais malade, je mange des fruits et des légumes, parce que c’est HEALTHY »).

Et d’ailleurs, son placard est toujours bien rangé. Ses jeans pliés, ses tee-shirt empilés. Aucune manche ne fait la rebelle et décide de mener sa vie toute seule en dehors de la pile.

Il n’a jamais l’évier qui déborde de vaisselle, et quand il cuisine, il ne fait rien éclabousser, rien tomber par terre.

Quand il sort les poubelles, les sacs ne se percent jamais et ne goutent jamais sur ses pieds.

Il ne boit pas ou peu d’alcool, et quand il veut faire une folie, il s’arrête à deux verres. « C’est suffisant pour moi, je veux être en forme demain » (ah oui, le footing matinal…)

Il fait toujours des activités en groupe : yoga sur la plage, randonnées, brunch, courses à pieds organisées, club de rencontres internationales…

En fait, il nous énerve, mais on aimerait bien lui ressembler (un peu).

3 – Le colocataire fêtard

fêtard

Quand le colocataire trop parfait revient de sa course de bon matin, le coloc fêtard est là, les cheveux qui reproduisent une scène de Guernica, l’air fatigué, les yeux de panda et l’esprit encore embué du rhum de la veille. Rien que de voir son coloc sportif parfait le fatigue. Pendant que ce dernier lui parle de son footing matinal et du mode de vie HEALTHY, le coloc fêtard essaye de se concentrer sur ses mots, mais il se demande en fait s’il va finalement se recoucher pour décéder tranquillement ou s’il va prendre une douche pour essayer de laver ses pêchés de la veille.

Le coloc fêtard ne compte pas les jours jusqu’au prochain repos, il compte les jours jusqu’à la prochaine soirée. Il est du genre à commander deux autres tournées en même temps à 18h59 pour profiter du happy hour qui se termine à 19h.

La chambre du colocataire fêtard ressemble à Paceville un dimanche matin à 7h : on retrouve l’odeur, les déchets non identifiés et les habits de soirée. Des tickets de CB par dizaines sont en boule un peu partout sur le sol. Ce ne sont pas des tickets d’achats de fruits et légumes : les seuls fruits qu’il achète, ce sont les citrons verts de ses mojitos.

Le colocataire fêtard connait tous les endroits autour de l’appartement où il peut acheter son breuvage du soir, les prix et les meilleures marques.

On n’espère pas le voir debout à 9h, il s’est couché à 6h. Sa journée de lendemain de soirée ? Rester dans le lit pour survivre, et ne daigner sortir de sa chambre que pour aller chercher du mac do en fin de journée, ou ouvrir au livreur de Time to Eat.

Si tu as envie de te vider la tête et de vivre une soirée inattendue, tu sais à quelle porte frapper !

4 – Le colocataire antisocial

Le coloc antisocial, c’est celui qui subit la colocation. Tu sais qu’il n’a pas voulu être ici, mais que son budget le lui impose. Il n’a pas envie de se créer un réseau social ni de participer à une quelconque activité avec ses colocataires. Il veut qu’on le laisse tranquille et reste pour la plupart du temps dans sa chambre, quand il ne travaille pas. N’espère pas le voir autour de la table à profiter d’un repas et à discuter avec les uns et les autres, c’est au-dessus de ses forces. Son régime alimentaire : sandwich vite fait ou pizza. Pizza qu’il doit faire chauffer au four et qui implique un effort de sociabilité durant les 10 minutes de cuisson. Quota du jour atteint ! Bon, l’avantage, c’est qu’au moins il n’est pas dérangeant ni imposant !

5 – Le colocataire bordélique

amis

On a tous eu un coloc bordélique dans notre vie. Il vient en package avec l’appartement ! Celui-là, il est sympa, il est fun. Bon vivant, on rigole bien avec lui ! Mais alors, on repassera pour l’ordre. C’est celui qui ne pense pas du tout à trier ses déchets (et on sait qu’à Malte, c’est un sujet sensible) : du verre dans la poubelle classique, des peaux de bananes dans le sac des déchets plastiques… On doit toujours repasser derrière lui.

Sa partie du frigo est visible au premier œil : yaourts périmés, courgette en décomposition, bouteille de lait ouverte depuis 3 semaines.

Quand il fait la cuisine, c’est le big bang : des pâtes sont retrouvées jusqu’au canapé, la sauce de sa poêle se retrouve sur toutes les plaques de cuisson et sur les murs, le plan de travail est pris d’assaut par couteaux, planches, pelures de légumes, emballages plastiques

Sa chambre ressemble davantage à une caverne d’Ali Baba qu’à un endroit rangé et paisible pour dormir : tu y trouves des centimes un peu partout dans la pièce, des habits étalés sur le lit, en boule sur une chaise, par terre, et son armoire est un meuble fourre-tout.

En bref, tu hésites entre adopter les méthodes de Super Nanny et établir des règles à coller sur le frigo, ou tenter une intervention à la How I met Your Mother.

6 – Le colocataire Best Friend

meilleurs amis

Celui-ci, ce n’est même pas un coloc, c’est un pote ! C’est le Joey de la coloc. C’est avec lui que tu es 24h/24, du matin jusqu’au soir voire jusqu’au bout de la nuit. Tu manges avec lui, tu sors avec lui, tu fais des activités avec lui, bref : c’est ton binôme ! Et tu te demandes comment tu vas survivre sans lui si la coloc vient à se terminer. C’est ton partenaire et ton meilleur allié dans la coloc.

Il est partant pour toute activité et te soutient quoi qu’il arrive. Il est fun, jovial, arrangeant. Tu es content de rentrer le soir car tu sais que tu vas le retrouver, partager des moments et rire du coloc trop parfait et de ses smoothies. En fait, le coloc Best Friend, c’est comme un membre de ta famille !

7 – Le colocataire flic

Le coloc flic, c’est un peu celui qui te fait revenir en enfance dans le mauvais sens du terme ! Il te fait penser à ton père ou ta mère : tu sais qu’au moindre pas de travers, il va te tomber dessus ! Tu as laissé une tasse dans l’évier ? Tu as parlé un peu trop fort au téléphone hier soir ? Tu as pris une douche un peu trop longue ? Malheur à toi ! Tu es bon pour un petit quart d’heure de réprimandes et de morale. Et on ne te parle pas du planning de ménage qu’il faut respecter à la lettre, tu le connais déjà non ? D’ailleurs, dimanche tu nous feras le plaisir de te lever à 8h pour nettoyer toute la cuisine et la salle de bain ! Merci !

8 – Le colocataire maniaque

Ce coloc est l’incarnation même de la propreté et du rangement. Il ne supporte pas la saleté et range tout ce qui n’est pas à sa place. Sa chambre est immaculée, comme à son jour d’arrivée : le lit est carré à la militaire (et tu sais que son pyjama est parfaitement plié, sous son oreiller !), il n’y a rien sur sa table de chevet (quand sur la tienne il y a une montagne de mouchoirs, tickets de CB, stylos, papiers en tous genres, bijoux… sans parler de la poussière) et le sol est plus que propre. Son placard est ordonné, chaque chose est à sa place. Chaque pile est triée selon le type de vêtement : par matière, par couleur, par saison. Les habits sont repassés et pliés avec soin, les chemises sont toutes étendues dans la penderie, et ne sont pas froissées ! Les tiennes en comparaison ? Tu en as deux-trois qui se battent en duel au fond de l’armoire, tombées des cintres et en boule.

La salle de bain du colocataire maniaque te fait mal aux yeux tellement elle est luisante de propreté. Son lavabo est parfaitement ordonné : une brosse à dent, un dentifrice et du savon. Et c’est TOUT. Toi, tu as trois brosses à dents pour on ne sait quelle raison, un tube et demi de dentifrice, du maquillage un peu partout, du gel, des crèmes…

Les toilettes du coloc maniaque sont toujours impeccables ! Le papier toilette est méticuleusement changé dès que c’est nécessaire. Le tien ? C’est simple, le rouleau vide est toujours au même endroit depuis un mois, et tu te sers directement dans la réserve, par flemme de changer le rouleau.

Le colocataire maniaque, c’est celui qui consacre un dimanche de beau temps à Malte pour faire sa session hebdomadaire de ménage ! Quand toi, tu remets un peu tout au lendemain en fonction de la météo, lui se fait un devoir de remplir ses missions propreté.

9 – Le colocataire étranger

Le colocataire étranger, c’est celui qui ne vient ni de Malte, ni de France. Il a une toute autre culture, très différente de la tienne. Autant c’est une super opportunité de découvrir d’autres façons de vivre, des habitudes et coutumes différentes, autant les différences de cultures peuvent être difficiles à gérer quand elles sont extrêmes !

Le colocataire italien

L’italien, on l’entend de loin, de très loin ! Qu’il soit au téléphone avec la Mama ou en dispute avec son ou sa compagne, les décibels montent vite ! Le colocataire italien, il est entier : il ne faut pas l’énerver car il monte vite dans les tours mais vit la vie à 100%. Toujours partant pour faire la fête ou une activité, il est plein d’énergie. Et avec lui dans l’appartement, tu te prends au jeu des expressions italiennes : Alora, Va bene, Andiamo ! (et on t’épargne les mots vulgaires que l’on connait tous !) Ce petit signe de la main pour s’exprimer, typique italien, tu l’as aussi maintenant !

Le colocataire japonais

Le colocataire japonais est l’opposé de l’italien. Il se fait discret et est plutôt réservé. Il ne veut pas faire parler de lui et ne laissera jamais de vaisselle sale ou de bazar derrière lui. Il est calme, respectueux, mais avec le temps il sait s’ouvrir et se relâcher. Tu t’attends à ce qu’il mange des sushis à longueur de journée, mais tu te rends vite compte qu’on s’est créé une vision du Japon totalement erronée. C’est plutôt lui qui te regarde avec incompréhension quand tu commandes tes makis poulet teriyaki mayonnaise.

Le colocataire indien/pakistanais

Si tu as un coloc indien ou pakistanais, il va te falloir aimer la cuisine, les épices et le bruit ! Ce coloc aime par-dessus tout cuisiner, avec des épices en tous genres et en grande quantité. C’est d’un côté très convivial et cela te permet de découvrir une toute autre culture gastronomique. En revanche, attends-toi à une cuisine constamment occupée et en pagaille, des tâches d’épices un peu partout et une odeur de curry à se croire au marché !

Le coloc indien pakistanais dort très peu et reste éveillé assez tard (il faudra qu’il nous donne son secret d’ailleurs). Oh, et tu ne connaissais pas les films à la Bollywood ? Te voilà maintenant expert !

Le colocataire latino

Si tu veux de l’aventure, le coloc latino est le mieux placé ! Il est festif, toujours de bonne humeur et partant pour tout ! Il a beau arriver à Malte sans aucune connaissance sur place, il arrive à se faire une quinzaine de copains espagnols et latinos en 3 jours. Il a toujours quelque chose de prévu : visite, activité, fête, barbecue entre amis, soirée latino en appart…

Quand il revient du travail à 19h, il se fait son « merienda », petit goûter à l’argentine, pendant que toi tu te prépares ton repas du soir. D’ailleurs, lui ne mange son diner qu’à partir de 22h ! Pour se coucher à minuit ou 1h du matin.

Il vit toujours accompagné de musique de chez lui : pendant qu’il cuisine, qu’il mange, qu’il se prépare… le reggaeton est partout !

La vie latino quoi !

Et toi, ils sont comment tes colocs ?

Une colocation à Malte, c’est une vraie famille : on doit accepter les différences des uns et des autres et toujours se remettre en question pour que la vie commune se passe pour le mieux !

Et si tu veux essayer de t’améliorer et d’être un mixte entre le coloc trop parfait, le maniac, le best friend et le fêtard, tu peux toujours lire notre article sur Le profil du colocataire parfait.

Rédigé par Méline – Oh My Up

Related posts